Publié le 01-04-2013

Habib Sayah : Ansar Al Chariaa, en phase pré-insurrectionnelle

Lors d'une interview accordée à Rfi, le directeur de l’Institut Kheireddine et juriste tunisien, Habib Sayah,a affirmé qu’Ansar Al Chariaa est en phase pré-insurrectionnelle et veut mettre en place le khalifat. Ci-joint les déclarations de Habib Sayah. 



Habib Sayah : Ansar Al Chariaa, en phase pré-insurrectionnelle

« Je ne pense pas que dans les mois qui viennent, Ansar al-Charia risque véritablement de prendre les armes pour conquérir le pouvoir en Tunisie. Mais je parle d’une situation pré-insurrectionnelle, dans le sens où Ansar al-Charia refuse la logique démocratique, ne reconnaît aucune légitimité à la République, et parallèlement, à un projet de société, le khalifat, et veut le mettre en place.

Entre-temps, leur stratégie pré-insurrectionnelle se caractérise par une logique de concurrence à l’égard de l’Etat. Ansar al-Charia s’est d’abord fait remarquer par des actions violentes, en attaquant des cinémas, des artistes, des personnalités laïques. Mais par la suite, juste après l’attaque de l’ambassade des Etats-Unis orchestrée par le leader d’Ansar al-Charia, Abou Iyad, cette organisation a connu une mutation.

D’abord par des actions sociales. Il s’agit de démontrer que les jihadistes en Tunisie sont en mesure de se substituer à l’Etat, si jamais la République venait à être abolie et remplacée par un khalifat. On les a vus présents sur l’ensemble du territoire – une présence impressionnante ! – distribuer de l’eau, prodiguer des soins, distribuer des médicaments. On les a même vus émettre des ordonnances médicales avec papier à en-tête Ansar al-Charia.

Et suite à l’assassinat du leader de gauche Chokri Belaïd, dans le chaos après sa mort, on a vu Ansar al-Charia constituer entre guillemets, des comités de sécurité composés en général d’une vingtaine de camions ou de motocyclettes, transportant des jihadistes armés de bâtons ou de sabres qui prétendaient remplacer la police absente et assurer la protection des commerçants, des biens. Et je pense que c’était une autre étape dans cette stratégie pré-insurrectionnelle, qui vise à concurrencer l’Etat dans ses fonctions ».

Cliquez ici pour lire la suite.


ansar-01042013-1.jpg