Publié le 04-01-2021

10 milliards de dinars pourraient provenir de l'économie numérique

Le consultant en économie numérique et institutions publiques, Mustapha Mezghani, était l'invité d'Eco Mag sur Express FM. 



10 milliards de dinars pourraient provenir de l'économie numérique

Mezghani a confirmé qu'une étude d’anticipation qu'ils avaient menée sur la manière de promouvoir le secteur numérique au service de l’économie a pointé les facteurs déterminants, forts et faibles qui ont été diagnostiqués par la suite des scénarios ont été proposés.

Mezghani a déclaré : "Nous avons seulement anticipé 6 mois à cause de la pandémie dont le monde est témoin, mais il existe un scénario qui est toujours encore pire que ce à quoi on s’attend." 

En citant certains exemples, il a évoqué un groupe de jeunes à la tête de start-ups réunis par l’Etat pour travailler bénévolement et gratuitement pour l’Etat ce qui les incite à refuser de travailler à nouveau avec l’Etat.

Mezghani a souligné que tant que nous savons qu'il y a un problème dans les marchés publics, pourquoi ne résolvons-nous pas le problème ? Avec l'état actuel des choses, ils ne répondent pas aux besoins du secteur numérique.

Mezghani a souligné la nécessité d'émettre un décret qui facilite les marchés publics dans le secteur numérique, en déclarant : «Le but de cette étude est de permettre aux décideurs d'avoir le contrôle à l'avenir, car elle répond à 3 questions : Que pourrait-il se passer? Que pouvons-nous faire ? Comment faisons-nous ça ? Mais la plus grande question reste : que voulons-nous faire ? ».

Mezghani a expliqué que s'il y avait eu une croissance du secteur numérique en Tunisie au cours des dix dernières années, comme cela s'est produit entre 2005 et 2010, on parlerait d'une valeur ajoutée supplémentaire de plus de 10 milliards de dinars, ce qui correspond à 5 milliards de dinars, des réserves en devises fortes, et 20 jours d'approvisionnement, ce qui signifie un grand impact sur l'économie tunisienne, selon lui.

Mezghani a confirmé que les mesures incluses dans l'étude sont applicables dans les 6 mois, indiquant que si l'État décide de le faire, il en est capable, en déclarant : «De nombreux gouvernements ont réussi, et certains d'entre eux ont donné de l'importance au secteur numérique, mais la majeure partie le considère comme un moyen en parlant beaucoup, mais sans mesures réelles ».