Publié le 28-10-2020

Une stratégie économique libérale tente de privatiser les entreprises publiques, dénonce Mekki

La Commission des finances, de la planification et du développement a tenu une audition devant le gouverneur de la Banque Centrale, Marouane Abbasi, sur le projet de la loi de Finances complémentaire pour l'année 2020.



Une stratégie économique libérale tente de privatiser les entreprises publiques, dénonce Mekki

Le chef du comité, Haykel Mekki, a indiqué que la proposition faite par Abbasi a encore approfondi leurs préoccupations, notant qu'il y a une concordance entre ce que pensent les députés et ce que le gouverneur a dit.

Mekki a exprimé sa crainte d'un retour à une inflation incontrôlée, dénonçant la persistance des solutions provisoires, de l'endettement, du glissement du dinar, de l'instabilité, des prix élevés et de la dégradation de notre notation financière.

Il a également déclaré que le gouverneur de la Banque centrale considère que l'emprunt interne proposé par le gouvernement est déraisonnable et illogique.

Haykel Mekki a ajouté que l’assemblée des représentants tentera de jouer son rôle de conciliation et d'arbitrage entre la banque et le ministère des Finances, notant qu'ils doivent assumer leur responsabilité historique de limiter la délapidation des finances publiques sans que cela ait un effet social.

Cela indiquait que l'Etat devait jouer son rôle social, qui est un rôle qui concerne la sécurité nationale.

Il a également souligné que la réduction des dépenses ne peut affecter le pouvoir d'achat ou les salaires des citoyens.

Mekki a expliqué que l'opinion publique ne devrait pas être dirigée sur la base du fait que les salaires de masse et les institutions publiques sont la raison de la détérioration de la situation.

Il a indiqué que le problème est le manque de gouvernance et l'ingérence des institutions publiques afin de mener à les vendre dans le contexte d'une vision libérale détestable.