Publié le 17-10-2020

A l'approche du Mouled, les tunisiens partagés entre le boycott et l’achat du Zgougou

A l'approche du Mouled prévu pour le 29 octobre 2020, la rue d’Espagne au centre ville de Tunis, connait, cette année aussi, malgré la pandémie du Covid-19, l’affluence d’un grand nombre de citoyens, en quête de graines de Pin d'Alep (Zgougou), pour préparer l’Assida (crème), malgré les prix excessifs de ce produit, ayant atteint 36 dinars pour le kilo, contre 26 dinars l’année précédente.



A l'approche du Mouled, les tunisiens partagés entre le boycott et l’achat du Zgougou

Le prix des graines de pin d’Alep moulues et emballées, a aussi, augmenté pour atteindre 19,5 dinars/ les 500 grammes, contre 14,5 dinars en 2019.

Les prix des autres ingrédients de ce plat phare du Mouled (fête de la naissance du Prophète) en Tunisie, notamment les fruits secs ont également, suivi cette tendance haussière, pour se situer entre 27 et 47 dinars pour les amande, entre 65 et 72 dinars pour les pistaches, entre 37 et 39 dinars pour les noisettes, à 48 dinars pour les noix et 160 dinars, pour les pignons.

Rencontrés par l’agence TAP, un grand nombre de citoyens se sont plaints des prix excessifs des graines de Pin d'Alep et des ingrédients de l'assida, à l’instar des fruits secs et des sucreries, ce qui les prive de fêter le Mouled. D’autres, ont carrément appelé à boycotter ces produits et à renouer avec les traditions en optant pour « l’Assida blanche » (à base de farine ou de semoule). Une troisième catégorie de Tunisiens se disent obligés d’acheter les graines de pin d’Alep malgré leur prix exorbitant pour préserver leurs coutumes et traditions.

Les commerçants ont, pour leur part, indiqué qu’ils ont été négativement, impactés par l’augmentation des prix des graines de pin d’Alep à la production, en raison de l’indisponibilité de ce produit en cette période de l’année, ce qui les contraint à vendre le « zgougou » emballé qui est aussi, boudé par certains tunisiens cette année, en raison de son prix élevé.

Contacté par l’agence TAP, le président de l'Organisation de Défense du Consommateur (ODC), Slim Saadallah a appelé à boycotter le « zgougou » cette année, afin de couper court à la spéculation et stopper l’hémorragie des prix. Il a aussi, appelé à cultiver la culture du boycott, soulignant le rôle qur doit jouer par le citoyen dans ce sens.

TAP