Publié le 04-08-2020

La pandémie ne recule pas

L'épidémie de coronavirus ne faiblit pas. Avec plus de 18 millions de cas d'infections recensés dans le monde dont 217 273 nouvelles contaminations rien que sur la journée de dimanche, la vague épidémiologique, partie de Chine en décembre dernier, n'en finit pas de déferler. Mais c'est aux États-Unis, pays le plus touché, que la situation s'avère le plus critique.



La pandémie ne recule pas

Selon une étude de l'université Johns Hopkins, régulièrement mise à jour, les 50 États américains concentrent 154 860 décès pour un total de 4 886 336 contaminations, de loin le chiffre par pays le plus élevé à ce jour, devant le Brésil, 2 733 677 cas détectés, et l'Inde, 1 803 695 personnes atteintes.

Une situation inquiétante d'autant que le nombre de cas diagnostiqués ne reflète qu'une fraction du nombre réel de contaminations, rapportait ce lundi l'AFP.

Au moins 1 468 689 personnes ont été déclarées guéries depuis le début de la crise aux États-Unis alors que plusieurs pays dont l'Australie et les Philippines reconfinent partiellement leur population.

En Inde, jusqu'ici relativement épargnée en dépit de la taille de sa population, les autorités ont enregistré un nouveau rebond avec pas moins de 771 nouveaux morts sur la journée de dimanche, faisant grimper le bilan à 38 135 décès.

Parmi les pays les plus mortellement touchés, le Brésil arrive en tête – après les États-Unis –, avec 94 104 décès devant le Mexique, 47 746 morts, et le Royaume-Uni, pays où la mortalité serait parmi les plus importantes avec un taux de létalité d'environ 15 % pour 46 286 décès confirmés. Particulièrement exposés après un certain temps de latence, les pays d'Amérique latine – Colombie, Pérou, Argentine – connaissent une explosion du nombre de cas depuis le mois de juin.

AFP