Publié le 25-06-2020

Un discours contre la Haica et le gouverneur de Sfax diffusé par la radio al-Quran al-Kareem

L’unité de monitoring relevant de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) a fait état, dans son rapport sur les contenus diffusés par la radio illégale “al-Quran al-Kareem”, de la “diffusion d’un discours takfiriste et régionaliste et d’incitation contre le gouverneur de Sfax, le président et les membres de la HAICA.



Un discours contre la Haica et le gouverneur de Sfax diffusé par la radio al-Quran al-Kareem

La radio, qui diffuse ses programmes, illégalement, appartient au député Saïd Jaziri, de la coalition al-Karama.

Dans un communiqué rendu public, jeudi, la HAICA a souligné que la radio citée cherche, par le discours qu’elle diffuse, à monter l’opinion publique contre le gouverneur de Sfax, le président et les membres de la HAICA, ce qui menace leur sécurité et leur intégrité physique.

Cette précision intervient à la suite de la confiscation, lundi 22 juin, des équipements de transmission de la radio, en application à la décision des autorités régionales du gouvernorat de Sfax, précise l’Instance.

L’Instance de régulation a invité, dans ce sens, le ministère public à ouvrir une enquête sur le matériel de diffusion, passé en contrebande, surtout que son utilisation met en danger la sécurité nationale, en attendant de lui soumettre un rapport sur les violations et les dépassements commis par le propriétaire de cette station radio. Elle l’a également exhorté à ouvrir le dossier des liaisons satellitaires (SNG).

Et d’ajouter que l’application de la décision, prise par le gouverneur de Sfax, de confisquer le matériel de diffusion illégal, constitue un pas positif vers la consécration de l’Etat de droit, appelant les autres autorités concernés à poursuivre la saisie du matériel utilisé par cette radio pour la diffusion sur le Grand Tunis et à appliquer les décisions de l’Instance sur les autres chaines de télévision illégales. Il s’agit des deux chaines “Nessma” et “Zitouna”.

  


TAP