Publié le 13-05-2020

PAPILLON, la marque leader de confiserie et de chamia, offre 140 000 dt d’équipements médicaux à l’Hôpital Régional de Kairouans

PAPILLON, la marque de confiserie et de chamia leader sur le marché tunisien, créée par SOBOCO (Confiserie des Aghlabites) en 1960, a fait un don de DT 140 000 en équipements médicaux à l’Hôpital Régional Ibn Jazzar de Kairouan.



PAPILLON, la marque leader de confiserie et de chamia, offre  140 000 dt d’équipements médicaux à l’Hôpital Régional de Kairouans

Soucieux de vouloir participer à l’effort national de lutte contre la propagation du Covid-19 et voulant affirmer son engagement régional, en raison de la présence de l’usine PAPILLON à Kairouan, le Président Directeur-Général de SOBOCO, avait personnellement tenu à dresser, avec la direction de l’hôpital, la liste des besoins les plus urgents en matériel médical.

Suite à cet échange, 3 lits de réanimation, 3 moniteurs de surveillance avec support, 3 pousse-seringues monovoie, défibrillateurs, 10 thermomètres à distance, 5 chariots de transport des malades, 5 chariots de soins, 20 lits hospitaliers et matelas, 5 tables d’examens, 3 appareils ECG furent livrés, entre autres, à l’hôpital pour une valeur globale de DT 140 000.

Monsieur Mokhtar AIDI, Directeur de l’Hôpital Régional de Kairouan, a exprimé sa profonde gratitude à la marque PAPILLON pour ce soutien très important qui permettra de renforcer l’offre de soins et de prendre mieux en charge les malades atteints du Covid-19.

De son côté, le Directeur de l’usine PAPILLON déclarait : « En qualité d’acteur économique installé à Kairouan depuis de nombreuses années, nous sommes particulièrement heureux d’avoir pu aider, par un don de matériel médical, notre hôpital régional, l’Hôpital Ibn Jazzar. A travers ce don, nous souhaitons apporter un soutien concret pour relever les différents défis posés par la pandémie du Covid-19, et contribuer activement aux efforts des pouvoirs publics, déployés dans le gouvernorat de Kairouan et dans le pays. »

SOBOCO en a également profité pour réitérer toute sa considération et son respect pour le corps médical tunisien, qui, au péril de leurs vies, est en première ligne pour endiguer la propagation du coronavirus.