Publié le 17-01-2020

La Grèce encourage Haftar dans le processus de paix libyen

La Grèce, exclue de la conférence de Berlin sur la Libye, a reçu vendredi le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est de la Libye qui s'oppose au gouvernement de Tripoli, l'encourageant à "réussir le cessez-le-feu" à deux jours de cette conférence de paix.



La Grèce encourage Haftar dans le processus de paix libyen

Malgré ses multiples pressions, le gouvernement grec n'a pas été invité à la conférence de Berlin qui vise à lancer un processus de paix en Libye sous l'égide de l'ONU.

Mais à la surprise générale, il a reçu vendredi à Athènes le maréchal Haftar, qui s'est dit "en principe" prêt à se rendre à Berlin.

"La Grèce a encouragé Haftar à participer à la conférence de Berlin dans un esprit constructif" et à "essayer (...) de réussir le cessez-le-feu et le rétablissement de la sécurité en Libye", a déclaré le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias après une heure et demie d'entretiens avec l'homme fort de l'est libyen.

"La Grèce ne participe pas à la conférence de Berlin. Nous attendons de l'Allemagne qu'elle soit la gardienne de la position européenne sur la Libye", a ajouté le ministre grec, devant la presse.

La Grèce n'a cessé de renforcer ses liens avec l'homme fort de l'est de la Libye, après la signature d'un accord controversé sur le partage des eaux en Méditerranée entre Ankara et le gouvernement de Tripoli.

La Libye, qui dispose des plus importantes réserves africaines de pétrole, est minée par les violences et les luttes de pouvoir depuis la chute et la mort en 2011 de Mouammar Kadhafi.

Les forces du maréchal Haftar ont lancé en avril 2019 une offensive pour tenter de s'emparer de Tripoli. Plus de 280 civils ont été tués depuis, de même que plus de 2.000 combattants, selon l'ONU. Quelque 146.000 Libyens ont dû fuir les combats.

AFP