Publié le 11-12-2019

Greta Thunberg personnalité de l'année du magazine Time

Après avoir "raté" le prix Nobel de la paix, la militante suédoise Greta Thunberg est devenue mercredi, à 16 ans, la plus jeune "personnalité de l'année" du magazine Time, témoin de sa capacité à mobiliser des millions de personnes à travers le monde autour de la bataille pour le climat.



Greta Thunberg personnalité de l'année du magazine Time

Jamais le magazine américain, qui décerne ce titre depuis 1927, n'avait honoré quelqu'un d'aussi jeune.

Depuis qu'elle a commencé en août 2018 à faire grève, seule, tous les vendredis devant le Parlement suédois, "Greta", comme tout le monde l'appelle, a inspiré des foules croissantes de jeunes et de moins jeunes, prêts à descendre dans la rue dans le cadre des #FridaysForFuture afin de réclamer aux dirigeants du monde entier de prendre des mesures radicales pour limiter le réchauffement de la planète.

La démonstration en a été faite en septembre, lorsque des manifestations monstres ont noirci les rues de villes de tous les continents, tirant la sonnette d'alarme juste avant un sommet de l'ONU sur le climat.

Lors de ce sommet, l'adolescente était intervenue à la tribune avec un discours cinglant dénonçant l'inaction des puissants de la planète, martelant son discours de "Comment osez-vous?" accusateurs.

Et tançant d'un regard noir le président américain Donald Trump, climato-sceptique qui a fait des Etats-Unis le seul pays de la planète à s'être retiré de l'accord de Paris sur le climat, par lequel les pays s'étaient engagés en 2015 à réduire le réchauffement de la planète à 2°C au maximum.

Cette démonstration fit d'elle la favorite des bookmakers pour le prix Nobel de la paix décerné en octobre.

A l'annonce de la remise du prix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, l'adolescente n'avait montré aucune déception, poursuivant imperturbablement son périple en Amérique du Nord pour alerter sur l'"urgence climatique".

Elle a en effet interrompu cette année sa scolarité pour voyager, en privilégiant les moyens de transport zéro carbone, véhicules électriques, trains et bateaux. C'est après 15 jours de traversée de l'Atlantique en voilier qu'elle avait débarqué à New York en août, et c'est sur un autre voilier qu'elle est repartie en novembre pour l'Europe, à chaque fois avec l'aide d'admirateurs bénévoles.

Elle se trouve depuis quelques jours à la conférence sur le climat COP25 de Madrid, où elle dénonce une fois encore le manque de leadership des dirigeants mondiaux, qui tardent à accoucher d'engagements efficaces pour réduire les émissions.


AFP