Publié le 16-11-2019

Il nous faut une équipe gouvernementale non pas représentative du peuple

Hassen Zargouni a publié une anlayse sur le taux croissance sur les 9 premiers mois de 2019.



Il nous faut une équipe gouvernementale non pas représentative du peuple

Chiffre du jour : Le taux croissance sur les 9 premiers mois de 2019 en Tunisie a été 1.1% (1% au 3e trimestre) avec une croissance négative de -2% pour l’industrie.

On a donc créé une richesse théorique (l’augmentation de la masse salariale dans le secteur public est comptabilisée comme étant une valeur ajoutée en Tunisie) de près de 1%, pour un pays émergent, c’est trop peu.

Trop peu pour espérer créer de l’emploi, trop peu pour espérer réduire les inégalités, trop peu pour venir en aide aux populations précaires, trop peu pour faire baisser d’une manière significative le déficit public l’année prochaine et les années suivantes, donc dégradation prévisible des services publiques (santé, éducation,...).

Je le redis, toute la performance économique peut être résumée en ce chiffre synthétique, car c’est une conséquence au déficit commercial (qui s’est dégradé à prix courants sur les 10 premiers mois de l’année 2019 de +3,3% en glissement annuel), au manque d’investissement, à l’incapacité d’épargner, à l’augmentation générale des prix (6.5% contre près de 1.4% en Europe).

Si notre croît démographique est de 1.1% alors la croissance du PIB par habitant est nulle !

Il nous faut une équipe gouvernementale non pas représentative du peuple, là-dessus on a ce qu’il faut au parlement, mais représentante de la Tunisie qui gagne, qui réussit, et qui a la conscience du monde qui bouge et des enjeux économiques et sociaux d’un pays qui a trop longtemps souffert des errements de ses gouvernants.