Publié le 23-10-2019

Une plateforme de l’ANETI pour mettre en ligne les CVs des demandeurs d’emplois

Le directeur général de l'Agence nationale pour l'emploi et le travail indépendant, Youssef Fennira, a déclaré aujourd’hui mercredi 23 octobre, que les jeunes avaient une grande responsabilité dans le processus de surveillance des institutions dans lesquelles ils travaillaient, soulignant que de nombreuses institutions violaient les lois.



Une plateforme de l’ANETI pour mettre en ligne les CVs des demandeurs d’emplois

"La société impose à un jeune homme qui prend 150 D ou 200 D alors qu’il a un diplôme de 4 ans et plus. Cela n'est pas raisonnable, les jeunes doivent signaler de telles situations", a-t-il déclaré.

L’Agence assure son rôle de surveillance en étant sur place dans les institutions, en demandant à vérifier les contrats de travail. Il a indiqué que les moyens de contrôle de l'Agence ne sont pas suffisants.

En ce qui concerne le contrat de dignité, Fennira a ajouté que l'Agence nationale pour l'emploi évaluera ce contrat, notant que les régions ont des spécificités. De nombreuses régions estiment que le contrat de dignité comporte des points positifs, tandis que d'autres confrontées à de nombreux obstacles estiment que le contrat n'est pas cohérent avec leur climat d’affaires. Il a assuré avoir visité 16 régions pour se familiariser avec le personnel des bureaux d’emploi.

Il a évoqué la nouvelle stratégie et la vision à l'horizon 2030, sur laquelle travaille actuellement l'Agence. Cette vision s'articule autour d'axes fondamentaux tels que la numérisation, la qualité de l'information, la communication et les infrastructures. Il a souligné que la numérisation est l'une des priorités pour que toutes les informations soient numériques.

S'agissant de la communication, il a ajouté que l'agence réaménagerait son site Web et que les demandeurs d’emploi seraient classés en fonction des compétences requises par les institutions et que leurs CVs seront mis en ligne.