Publié le 12-06-2019

Le déficit commercial s’aggrave à 8106 MD durant les cinq premiers mois de l’année 2019

Le déficit commercial s’est établi à 8106 MD durant les cinq premiers mois de l’année 2019, contre 6624,5 MD durant la même période de 2018, selon la note sur le Commerce Extérieur aux prix Courants/ Mai 2019, publiée mardi par l’Institut national de la Statistique (INS).



Le déficit commercial s’aggrave à 8106 MD durant les cinq premiers mois de l’année 2019

Cette aggravation s’explique par le déficit enregistré avec certains pays, tels que la Chine (-2497,7 MD), l’Italie (-1360,9 MD), l’Algérie (-1348,3 MD), la Turquie (-1156,2 MD) et la Russie (-700 MD). En revanche, le solde de la balance commerciale a enregistré un excédent avec d’autres pays principalement la France de 2095 MD, la Libye de 577 MD et le Maroc de 243,7 MD.

Le taux de couverture a enregistré une baisse de 1,3 point par rapport aux cinq premiers mois de l’année 2018 pour s’établir à 70,7% contre 72%. Hors énergie, le déficit de la balance commerciale se réduit à 4973,4 MD. Le déficit de la balance énergétique s’établit à 3132,6 MD (38,6% du déficit total), contre 2054 MD durant la même période en 2018.

Ces résultats sont obtenus du fait d’une augmentation plus élevée des importations par rapport aux exportations. La hausse pour ces dernières est de 15,1% alors que celle des premières est plus élevée de deux points (17,2%) L’évolution des exportations concerne la majorité des secteurs.

En effet, des accroissements ont été enregistrés dans le secteur des mines, phosphates et dérivés de 44,2%, le secteur des industries mécaniques et électriques de 21,7%, le secteur textile et habillement et cuirs de 14,4%, le secteur de l’énergie de 13,3%, et des autres industries manufacturières de 26,3%.

En revanche, le secteur de l’agriculture et des industries agro-alimentaires a enregistré une baisse de 13,7%, suite à la diminution des ventes en huile d'olives (687,3 MD contre 1216,2 MD).

L’augmentation des importations est due à la hausse observée au niveau de tous les secteurs. En effet les importations ont augmenté de 39,9% pour les produits énergétiques sous l’effet de la hausse des achats des produits raffinés (2621,5MD contre 2205,7 MD) et de gaz naturel (1606,5 MD contre 735,2 MD).

De même, les importations ont connu une hausse de 34,8% pour les mines, phosphates et dérivés, de 20,4% pour les produits agricoles et alimentaires de base, de 20,3% pour les biens d’équipement et de 9,2% pour les matières premières et demi produits. S’agissant de la répartition géographique, on note que les exportations vers l’Union Européenne (74,3% du total des exportations) ont augmenté de 10,9%.

Cette évolution est expliquée, d’une part, par la hausse des exportations vers certains partenaires européens, tels que l’Allemagne (+26,9%), la France (+19,5%) et l’Italie (+16,2%).

Par ailleurs, les ventes sont en diminution avec d’autres pays européens notamment avec l’Espagne de 17,7% et le Portugal de 5,5%. Avec les pays arabes, les exportations ont augmenté avec la Libye de 54,7%, l’Algérie de 17,7%, et le Maroc de 17,2%.

Pour les importations, les échanges commerciaux des biens avec l’Union Européenne (52,2% du total des importations), ont enregistré une hausse de 16,9% pour s’établir à 14453,1 MD. Les importations ont augmenté de 17% avec l’Italie et de 10,8% avec la France.


Source: TAP

blog comments powered by Disqus