Publié le 20-02-2019

Détective Bilel : qu’apprenons-nous à nos enfants ?

L’émission de divertissement Edhhak maana diffusée mardi soir sur la chaine de télé Attasiaa, propose une rubrique consacrée aux enfants et intitulée Le détective Bilel. 



Détective Bilel : qu’apprenons-nous à nos enfants ?

Cette rubrique a été, dès le début de sa diffusion, très controversée car quand certains n’y voient qu’un jeu inoffensif, d’autres la trouvent par contre très malsaine pour les enfants qui en sont les acteurs.

Je me place dans ce deuxième groupe pour dépeindre tous les défauts que je relève à cet intermède destiné aux enfants. En avançant cela, je ne m’arrête pas au cas de la petite Mariem qui a éclaté en pleurs et qui a provoqué l’arrêt décidé par la HAICA de la rubrique pendant deux semaines.

La manœuvre du présentateur manipule les enfants et les convainc que tout ce qu’ils avaient jusque-là comme évident est faux. Des enfants bousculés dans leurs certitudes et émotionnellement éprouvés car ils leur pose des questions sur leurs fratries et leurs parents. 

Si on suppose que c’est vraiment un jeu et que ce n’est pas grave de leur poser des questions qui vont à l’encontre de ce qu’ils croient savoir ; il aurait pu peut-être éviter de poser des questions personnelles et gênantes pour un enfant facilement impressionnable même par une passoire sur la tête. Une manipulation dont on ne perçoit aucun intérêt, en plus.

A tous ces apporteurs de chroniques, de rubriques pâlement imités sur des concepts tout prêts importés d’ailleurs, consultez des sociologues, des psychologues, des pédopsychiatres pour tester vos supposés jeux innocents et inoffensifs. Et épargnez-nous surtout vos arguments à la « moi quand j’étais enfant, on m’a tant giflé et roué de coups »car on en voit bien le résultat aujourd’hui !
 


Ines Ayed