Publié le 02-02-2019

Désactiver Facebook rendrait plus heureux, selon une étude de Stanford

La désactivation de Facebook entraîne une baisse des activités en ligne, une connaissance réduite de l'actualité et une petite entorse au bien-être subjectif, révèle une étude de Stanford et de l'Université de New York.



Désactiver Facebook rendrait plus heureux, selon une étude de Stanford

Selon l’étude Stanford-NYU, il y a des raisons d’être optimistes quant à l’impact des médias sociaux sur le bien-être. Par exemple, le bien-être individuel - motivé par le bonheur que procure la création de liens interpersonnels - peut augmenter à mesure que les médias sociaux facilitent ces liens.

Toutefois, des préoccupations ont également été exprimées, qui font apparaître une corrélation négative entre l'utilisation des médias sociaux, le bien-être et la santé mentale.

«Quatre semaines sans Facebook améliorent le bien-être subjectif et réduisent considérablement la demande post-expérience», a déclaré l'étude. "[Cela suggère que] des facteurs tels que la dépendance et le biais de projection peuvent amener les gens à utiliser Facebook plus qu'ils ne le feraient autrement."

Des découvertes récentes, telles que celles présentées dans l’étude Stanford-NYU, ont démontré l’argument convaincant selon lequel les médias sociaux créent une dépendance, en particulier pour les groupes d’âge plus jeunes. Selon l'étude, tous les participants avaient l'intention d'utiliser moins Facebook après avoir été déconnectés pendant un mois.

Deux mois après la fin de l’étude, seuls 5% des participants continuaient de s’abstenir, ce qui montre que, dès qu’ils ont commencé à réintégrer Facebook dans leur vie, ils sont redevenus toxicomanes.