Publié le 19-03-2012

Les tunisiens, insatisfaits des mesures de régulation des prix

Les résultats d’un sondage d’opinion réalisé, pour la première fois, par le site de l’Agence Tunis Afrique presse, font apparaitre que la majorité des votants ayant participé à ce sondage ne sont pas satisfaits des mesures annoncées par le gouvernement pour juguler les prix.



Les tunisiens, insatisfaits des mesures de régulation des prix

La hausse des prix et l’amélioration du pouvoir d’achat du Tunisien ont été parmi les principales préoccupations du Tunisien au cours de la période écoulée dans le mesure où les dernières statistiques montrent que les prix ont grimpé en Tunisie de 5,1% au cours du mois de janvier 2012 comparativement au même mois de l’année 2011 Les prix de denrées alimentaires ont connu un accroissement de 6,6 % ; selon un rapport de l’institut national des statistiques (INS).

Devant cet accroissement fulgurant des prix et pour répondre aux appels pressants des Tunisiens pour faire face à la situation,  les autorités publiques ont pris un train de mesures pour faire face à ce phénomène en vue de préserver le pouvoir d’achat du Tunisien.

Dans ce cadre, le site Web de la TAP a proposé, à ses visiteurs, au cours de la période allant du 28 février au 18 mars 2011 le sondage d’opinion suivant : Pensezvous que les mesures annoncées pour juguler les prix sont suffisantes ?

La majorité des votants ont préféré  répondre par « NON »  (2127 sur un total 2720 votants). 78,2 % pensent, en effet, que ces mesures ne sont pas suffisantes pour juguler les prix alors que 21,8% des votants estiment que ces mesures sont suffisantes.

Il est à noter que le nombre des votants sur le site en langue arabe a été de 2230 et sur le site en langue française  de 490.

Rappelons que le ministère de l’industrie et du commerce (département du commerce et de l’artisanat), a lancé le 18 février dernier un appel à tous les producteurs, commerçants et fournisseurs de services à participer à l’effort national visant à lutter contre les hausses des prix.  Dans un communiqué, le département a mis l’accent sur l’importance de maîtriser davantage les coûts de production et de distribution, outre le respect des lois et des dispositions gérant l’activité commerciale, notamment les prix, la compétitivité et la protection du consommateur, appelé à jouer pleinement sont rôle de régulateur.

Le ministère souligne que le programme  mis en place par ses services, vise à renforcer les opérations de contrôle économique, après l’amélioration de la situation sécuritaire dans le pays. Et d’ajouter que les services concernés sanctionneront tous les dépassements dans le cadre des lois en vigueur.

«Nous œuvrons pour améliorer le niveau de l’offre, à travers l’importation ou le renforcement de la production des produits agricoles (viandes rouges et blanches, œufs et légumes) », souligne encore le ministère, précisant que cette démarche «permettra de garantir l’équilibre de l’offre et de la demande et la stabilité des prix, l’ultime objectif étant de préserver le pouvoir d’achat du consommateur et la transparence des transactions commerciales ».

Il est à noter qu’un tel sondage d’opinion ne prétend pas être scientifique. Il est, en effet, aléatoire et donne juste une idée sur les réactions des visiteurs du site de la TAP sur des questions précises.


sondage-19032012-1.jpg sondage-19032012-2.jpg