Publié le 24-11-2011

Droit de réponse de la famille d’Abdallah Kallel à propos de l’affaire de Barraket Essahel

La famille d’Abdallah Kallel a pris acte d’une délation de M. Salah Kardoun, un des plaignants de Barraket Essahel faite dans un enregistrement vidéo qui circule sur le web. En réponse aux échos qui ont eu lieu sur la présence de Abdallah Kallel lors de ses interrogatoires, M. Salah Kardoun, évasif, a laissé entendre que oui en changeant de sujet sur le champ.



Droit de réponse de la famille d’Abdallah Kallel à propos de l’affaire de Barraket Essahel

La famille Kallel rappelle que M. Salah Kardoun a affirmé l’inverse pendant l’audience publique, devant le juge, le 23 novembre : Abdallah Kallel n’est pas présent lors de ces interrogatoires. De même, dans les PVs de l’instruction de M. Salah Kardoun, il n’est pas non plus question de la présence ou quelconque implication de M. Kallel.

La famille Kallel constate par ailleurs que la blogueuse qui a interviewé des officiers impliqués dans Barrakit Essahil s’est contentée d’interviewer M. Kardoun et de diffuser ces graves accusations, dans une vidéo intitulée :« message aux enfant de M.Kallel », sans prendre la peine de les comparer avec les déclarations de l’audience ni de donner la parole, au titre de droit de réponse, aux enfants de M.Kallel.

Enfin, la famille Kallel respecte la souffrance de M. Salah Kardoun ainsi que tous les autres plaignants et déplore les injustices dont ils ont été victimes, comme ils le signalent eux même, pendant 20 ans, jusqu'à fin 2010.

Cependant, la famille Kallel tient à préciser que ces persécutions n’ont pas cessé sous les différents ministres qui se sont succédé depuis 20 ans.

Et que l’affaire de Barrakit Essahil met en cause plusieurs autres intervenants et hauts responsables (Premier ministre, Ministre de la Justice, Ministre de la défense … etc) ainsi que plusieurs cadres militaires, présents selon les procédures et les témoignages, à toutes les étapes des interrogatoires des plaignants.

Pourtant, seul Abdallah Kallel est jugé en sa qualité de Ministre de l’Intérieur en 1991.

La famille Kallel dénonce cette connivence entre plusieurs médias et des milieux de l’ombre qui s’acharnent à faire de Abdallah Kallel le bouc émissaire de l’affaire Barraket Essahil.

Ceci, alors même que Abdallah Kallel, lors de l'audience, a rappelé que ce dossier était directement géré par la présidence de la république en lien direct avec les cadres de sécurité ; et que son pouvoir en tant que Ministre de l’Intérieur était tronqué à la demande explicite de Ben Ali de ne pas se mêler de ces sujets sécuritaires. Un constat repris par d’autres Ministres de l’Intérieur sous Ben Ali qui n’ont pas été interrogés.

Un résumé des déclarations de Abdallah Kallel à l'audience seront bientôt résumées sur www.abdallah-kallel.com, pour éviter qu'elles ne soient déformées et instrumentalisées par certains.


kallel-24111-1.jpg