Publié le 19/03/2014

Une chercheuse tunisienne remporte un prix l’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science

Les Bourses internationales pour les Femmes et la Science sont remises par la Fondation L’Oréal et s’inscrivent dans le cadre d’un partenariat avec la Commission française pour l’UNESCO et l’Académie des sciences.
Une chercheuse tunisienne remporte un prix l’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science
Une chercheuse tunisienne remporte un prix l’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science

En récompensant chaque année 20 jeunes chercheuses talentueuses en Sciences du Vivant et en Sciences de la Matière pour la qualité de leurs travaux de recherche, ces bourses ont pour but de promouvoir les femmes en science et de les encourager à poursuivre leur carrière scientifique. Depuis leur création en 2007, 100 bourses ont été remises.

En 2014, la Fondation L’Oréal a remis un prix l'unique femme tunisienne et arabe en la personne de madame Farah Ouechtati chercheuse postdoctorante.

Très tôt, Farah Ouechtati a orienté ses recherches sur la cause génétique des pathologies oculaires et plus précisément des maladies rétiniennes héréditaires.

Certains gènes responsables, quand ils sont sous-exprimés, entraînent une dégénérescence progressive des photorécepteurs de la rétine. D’autres scientifiques ont isolé un gène codant pour une protéine impliquée dans ce processus dégénératif, ce qui pourrait jouer un rôle dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

Farah Ouechtati consacrera sa bourse à étudier de façon approfondie ce gène, le Nxnl2. Le gène Nxnl2 étant impliqué dans le fonctionnement de l’œil et du cerveau, et son expression réduite étant liée à la fois à l’altération cognitive et à la détérioration de la rétine, l’objectif de Farah Ouechtati est de déterminer si sa manipulation pourrait permettre de traiter ces troubles invalidants.

Pour cela, elle cherchera à identifier les processus moléculaires qui régulent le gène Nxnl2, puis à identifier les cellules spécifiques du cerveau dans lesquelles ce gène s’exprime naturellement. Les résultats de ses travaux pourraient ouvrir la voie à des traitements innovants et non-invasifs des maladies neurodégénératives et améliorer nos connaissances sur les interactions moléculaires complexes qui les sous-tendent.


 


Commentaires

blog comments powered by Disqus