Kais Mabrouk, élu Président de la Chambre Syndicale de l’Enseignement Supérieur Privé en Architecture Audiovisuel et Design

Le comité de la Chambre Syndicale Nationale de l’Enseignement Supérieur Privé en Architecture, Audiovisuel et Design vient d’élire M. Kais Mabrouk à la Présidence.



Kais Mabrouk, élu Président de la Chambre Syndicale de l’Enseignement Supérieur Privé en Architecture Audiovisuel et Design

Cette élection intervient à la suite de la création des quatre chambres syndicales en « Architecture et Audiovisuel », en « Ingénierie », en « Economie, Gestion et Droit » et en « Paramédical ».

M. Mabrouk est entouré de M. Bouebdelli (ULT) en qualité de Vice Président, M. Ben Turkia (Université Centrale), et M. Mimitta (ESAD) en tant que membres du bureau exécutif et M. Daghir (Ecole Polytechnique de Sousse) en tant que trésorier.
La mission principale de la chambre est de préserver les intérêts du secteur et de résoudre les difficultés rencontrées dans les différentes filières : Architecture, Design et Audiovisuel.

L’une des premières missions de la chambre est d’entrer en contact avec l’Ordre des Architectes Tunisiens au sujet de la convention de partenariats que devraient signer l’ensemble des établissements d’Architecture avec l’Ordre.

A ce propos, il déclare : « Nous avons pour mission de nous assurer que tous les étudiants issus du privé trouveront reconnaissance auprès des organes métiers auxquels ils sont associés, car ils reçoivent une éducation de qualité, ils sont encadrés par de brillants professeurs. Le secteur privé connait plusieurs difficultés, nous œuvrons en collaboration avec le Ministère De l’Enseignement Supérieur pour un avenir meilleur »

Toujours dans la même lignée et encouragé par l’UTICA, le groupe travaille sur le lancement d’initiatives dans le cadre de la responsabilité sociétale des établissements, afin de pouvoir octroyer des bourses aux étudiants issus de familles modestes. « Notre souhait est de garantir un maximum possible d’accès équitable à des formations de qualité et de choix. L’enseignement supérieur privé doit être et rester un ascenseur social.».
 


kaismabrouk-061015-1.jpg