Publié le 06-01-2010

Le suicide virtuel ou la nouvelle morale 2.0

Un service gratuit qui vous donne la possibilité de mourir virtuellement en supprimant votre compte des réseaux sociaux qui envahissent  et gèrent votre vie. C’est ce que propose les sites comme suicidemachine.org et seppukoo.com.



Le suicide virtuel ou la nouvelle morale 2.0

Un service gratuit qui vous donne la possibilité de mourir virtuellement en supprimant votre compte des réseaux sociaux qui envahissent et gèrent votre vie. C’est ce que propose les sites web comme suicidemachine.org et seppukoo.com.

Web 2.0 suicide machine, une machine qui incite les internautes à faire un suicide virtuel. Autrement dit, supprimer son profil des réseaux sociaux, et Facebook en premier lieu. Intéressant ? oui très intéressant. La preuve, les dirigeants de Facebook sont agacés et ont commencé les représailles…

Des vidéos comme celle en dessous circulent sur le net depuis quelques jours et incitent les internautes à franchir le pas ! La machine se charge de vous éliminer de Facebook, Twitter, LinkedIn, MySpace, et autres réseaux sociaux. Cela permet d’éviter les procédures de désactivation et suppression des comptes qui demandent des fois plusieurs heures (9-10 heures voire plus).

Sur suicidemachine.org, on peut lire que web 2.0 suicide machine, « vous permet de supprimer tous vos profils de socialisation qui dévorent votre énergie, de tuer vos faux amis virtuels et de vous débarrasser complètement de votre alter ego sur le web 2.0 ». Il suffit de donner votre nom d’utilisateur et votre mot de passe. Si vous le souhaitez,  vous pouvez également écrire vos derniers mots, en guise de testament « virtuel ». Ensuite, la machine se chargera de tuer vos amis un à un avant de s’attaquer à votre propre mort !

Quant à seppukoo.com, et comme son nom l’indique, il prône le suicide à la japonaise, (seppuku étant le suicide rituel des samouraïs), en expliquant que « De la même manière que le seppuku rétablit l'honneur du samouraï en tant que guerrier, seppukoo.com s'emploie à libérer le corps numérique. ». Le site affirme qu’avec le suicide qu’il propose, il n’y a pas de résurrection possible !

Facebook a réagi ce lundi en bloquant son accès à partir du site suicidemachine.org et en faisant savoir que le fait que ce site récupère les informations sur le réseau, constitue une violation de ses règles, tout en laissant ainsi croire qu’il envisagerait peut être d’autres représailles plus importantes. Pour ce qui est de seppukoo.com, il s’est contenté de lui  envoyer une lettre de mise en demeure.

Seul réseau social, pour le moment, à avoir réagi à cette affaire, Facebook rappelle par la même occasion qu’il « permet aux personnes qui ne veulent plus utiliser leur site soit de le désactiver, soit de le supprimer complètement. ». Mais bon, dire qu'on a commis un suicide virtuel, c'est tellement plus exaltant que dire qu'on a supprimé ou désactivé son compte. On se demande où va la nouvelle morale 2.0….

La vidéo qui suit en est bien la preuve. L'internaute commence par parler des inconvénients des réseaux sociaux, qui l'ont éloigné de sa famille et ses enfants ( argument récurrent des antis réseau sociaux), et son désir permanent à vouloir échanger avec des amis virtuels, avant qu'il ne se rende compte de cette dépendance maladive et décide alors de se suicider virtuellement...


Sarah B.H

 


a-suicidevirtuel-060110-1.gif

blog comments powered by Disqus