Publié le 11-09-2019

Slim Riahi ne faisait l’objet d’aucun mandat d’arrêt

Le candidat aux élections présidentielles anticipées, Slim Riahi, a assuré aujourd’hui mercredi 11 septembre, qu’il a quitté la Tunisie en novembre dernier et qu’un mandat d’arrêt a été émis par la suite contre lui en Tunisie alors qu’il n’y était pas.



 Slim Riahi ne faisait l’objet d’aucun mandat d’arrêt

Slim Riahi a expliqué que quand il avait quitté la Tunisie, il n’était poursuivi d’aucune charge. Il n’a été poursuivi que le 17 avril 2019 alors qu’il s’apprêtait à revenir en Tunisie et ce pour l’empêcher de participer dans la course vers la présidence.

Riahi a indiqué lors de son absence au débat, que les organisateurs n’ont pas assuré les moyens d’instaurer une égalité des chances pour tous les candidats, vu qu’il était en dehors du pays.

Le candidat a déclaré devoir faire des efforts supplémentaires pour mener sa campagne et convaincre les électeurs qu’il n’a pas de problèmes juridiques, au lieu de les convaincre de son programme électoral.