Publié le 02-07-2019

Après la chine, les Etats-Unis envisagent de nouvelles taxes contre l’UE

Les États-Unis ont annoncé, lundi, le lancement de consultations en vue d'imposer à l'Union européenne de nouvelles taxes sur plusieurs produits, et ce en rétorsion à des subventions considérées comme abusives aux constructeurs aériens.



Après la chine, les Etats-Unis envisagent de nouvelles taxes contre l’UE

Les services du Représentant américain au commerce (USTR) ont publié, lundi 1er juillet, une nouvelle liste d'environ 90 produits importés de l'Union européenne et sujets à des taxes punitives. Y figurent de nombreuses variétés de fromage, telles que le bleu et le gouda, ainsi que des whiskies irlandais et certains produits à base de porc.

La totalité de ces produits représente une valeur commerciale de 4 milliards de dollars et vient s'ajouter à une précédente liste publiée le 12 avril, qui totalisait elle une valeur de 21 milliards de dollars, a précisé un communiqué de l'USTR.

Cette démarche vise à "faire respecter les droits des États-Unis dans le conflit qui l'oppose à l'Union européenne et certains États membres devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC), au sujet des subventions européennes" dans le secteur aéronautique, a précisé l'USTR.

Ce reproche vise particulièrement Airbus face à l'Américain Boeing, objet d'un conflit vieux de 14 ans. Les États-Unis et l'Europe s'accusent mutuellement devant l'OMC de verser des aides illégales à leurs champions aéronautiques respectifs.

La position américaine est soutenue par Boeing, fragilisé par les problèmes de son avion vedette, le 737 MAX, cloué au sol pour une durée indéterminée après deux accidents mortels.

Les potentiels tarifs punitifs qu'imposera finalement Washington sur ce dossier explosif sont toutefois soumis à la décision d'un arbitre, désigné par l'OMC.

Cette nouvelle annonce de l'administration Trump survient deux jours à peine après la trêve entre Washington et Pékin dans leur féroce guerre commerciale, suite à une rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping en marge du G20 d'Osaka au Japon.


AFP