Publié le 16-05-2019

Il est probable que nous n’aurons plus de pétrole dans dix ans, déclare un ancien ministre de l’énergie

Kamel Ben Nasr, ancien ministre de l’Energie au gouvernement de Ben Jomaa a assuré aujourd’hui jeudi 16 mai, que la Tunisie doit mener des négociations sur les prix d’achat du gaz naturel et renforcer sa relation avec les pays voisins surtout l’Italie. Elle doit également une campagne de sensibilisation pour rationnaliser la consommation d’énergie et limiter le déficit de la balance énergétique.



Il est probable que nous n’aurons plus de pétrole dans dix ans, déclare un ancien ministre de l’énergie

Kamal Ben Nasr a ajouté sur Express Fm, que la production de pétrole de la Tunisie ne dépasse pas les 40 mille barils de pétroles chaque jour alors que cela était aux alentours de 80 mille barils chaque jour en 2010. Il a souligné que le déficit énergétique se poursuit et se développe jour après jour surtout que les permis d’exploration et d’exploitation étaient 52 en 2010 et aujourd’hui ils ne dépassent pas les 23.

Il a expliqué que toutes les études ont démontré qu’il y a une réserve de 500 millions de barils contre une réserve algérienne de 6 milliards de barils, ce qui démontre que la Tunisie ne nage pas sur une mer de pétrole comme on dit, elle serait même menacée de voir toute sa réserve se dilapider après dix ans, si elle continue de suivre la même stratégie.

Il a conclu en disant que la situation énergétique incite à une visibilité à long terme qui nécessite un leadership, une vision globale avec une politique de gestion de la consommation d’énergie qui concerne le transport, le tourisme et l’environnement.