Publié le 03-10-2016

Pour Makki Helal, Il y a tous les ingrédients pour faire une bonne carrière de journaliste en Tunisie

Depuis le commencement de son journal télé sur Attessia, Makki Helal ne trouve pas de difficultés à conquérir les petits écrans des Tunisiens. Costumes très chics, plateau de qualité, techniques cinématographiques… Makki Helal semble avoir une recette pour préparer son show informatif, comme il aime à l’appeler. Donnant rendez-vous samedi à 11h30 dans un café au lac 2, Makki Helal nous attendait. Chapeau melon, veste en cuir, lunettes de soleil... le présentateur télé semble plutôt décontracté en ce jour de congés.



Pour Makki Helal, Il y a tous les ingrédients pour faire une bonne carrière de journaliste en Tunisie

Qui oublie ses racines n’atteint jamais sa destination

En lui posant la question sur son expérience à EL JAzira, Medi1 TV, et BBC, Makki Helal tient à rappeler qu’avant tout cela, il est venu d’une famille de 9 enfants qui vit modestement à Ben Guerdane. Le présentateur du JT d’Attessia n’a pas laissé l’occasion passer sans glorifier l’épopée écrite par les citoyens de Ben Guerdane pendant l’attentat terroriste du 7 mars 2016. En revenant au sujet, Makki Helal dit qu’après une longue expérience à l’étranger, il a jugé utile de renouer avec la Tunisie.

Quitter BBC pour une chaine qui vient de naître n’est-il pas une aventure ?

«Oui… », Répond le directeur de l’info de la chaine. « Mais c’est une aventure mesurée », reprend-t-il. Makki Helal affirme avoir reçu beaucoup de garanties sur le plan professionnel. «Avant de venir, on m’a garanti qu’aucune intervention n’aura lieu dans la ligne éditoriale» En gros, poursuit-il, je vais travailler dans le secteur privé comme on travaille au public . C’est très important pour chaque journaliste de résoudre cette équation, selon ses dires.

 De retour en Tunisie, qu’est- ce qui a changé ?

Selon lui, depuis 2011, le secteur de médias en Tunisie a connu une grande évolution. « En tant que journaliste tunisien, j’ai voulu prendre ma part aussi», affirme-il tout en ajoutant que l’expérience tunisienne est très honorable malgré les lacunes. «Il est vrai qu’on souffre encore de la corruption, mais il y a aussi la lutte contre la corruption, ce qui est rassurant.» D’ajout, Helal affirme que le travail de la société civile, les libertés, l’Etat de constitution envoient des signes positifs pour venir travailler en Tunisie.

Son nouveau style de JT, est-ce tunisien ?

Le JT de Makki Helal attire les téléspectateurs par un langage méconnu dans les médias locaux. Certains le qualifient de l’oriental, d’autres pensent que c’est le résultat d’une longue carrière dans le monde arabe. Makki Helal ne voit rien de vrai dans tout cela. «Je parle un arabe classique», rétorque-t-il. Pour lui, les Tunisiens excellent en langue arabe. La preuve, les journalistes tunisiens trouvent beaucoup de réussite quand ils travaillent dans des chaînes orientales. «La langue arabe est déjà charmante. Il ne faut pas la confondre avec la langue de bois ou ce qu’on appelle l’arabe blanc utilisé par certains médias», précise-t-il.

 Ce journaliste migrateur, va-t-il enfin trouver la stabilité ?

En attendant les chiffres officiels, certains qualifient Makki Helal de faiseur de pluie de la Chaine Ettassia. A notre question, si cette expérience sera son dernier arrêt. Makki Helal, très confiant répond qu’il ne croit pas au mariage catholique. Selon lui, il y a un contrat qui l’engage avec Attessia. Le jour où on respecte plus ses clauses, le divorce devient fatal.

« J’ai eu plein d’expériences avec le divorce : AL jazeera, BBC… Mon cogito dans la vie c’est "je me sens à l’aise donc je suis", précise-t-il avec un sourire en coin. 

 Est-il seulement engagé avec Attessia ?

Pendant toute l’interview, le téléphone de Makki n’arrête pas de sonner. Ne voulant pas prendre de son temps de repos, il raccroche à chaque nouvel appel. A un moment donné, un autre téléphone a sonné. Il s’excuse pour 5 minutes. Au fin de l’appel, Makki nous a donné une information bizarre : « Il fera beau demain. » Cela nous a pris quelques minutes pour comprendre ses propos. La personne qui l’a appelé n’est autre que sa fiancée, Sonia Younsi, la présentatrice de la météo de la chaine Attessia.

Elle est venue plus tard pour s’excuser d’avoir interrompu l’interview. La présentatrice de  la météo a, en effet, informé qu’elle avait une intervention à la radio et qu’elle a demandé à son «gentleman » de l’écouter.

Zahreddine Berhima


blog comments powered by Disqus